inseadima

Bienvenue Invité sur INSEA DIMA.

Actualité de l’ Institut National de Statistique et d'Economie Appliquée {INSEA}.


interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Message par younesMouatassim le Ven 16 Oct 2009 - 18:26












Interview avec Ilyes Boumahdi
«L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»
Publié le : 16.10.2009 | 14h40












e-Matin


AC_FL_RunContent( 'codebase','http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,28,0','width','140','height','120','src','http://www.lematin.ma/Flash/eMatin/eFlip/140x120','quality','high','pluginspage','http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash','movie','http://www.lematin.ma/Flash/eMatin/eFlip/140x120' ); //end AC code




















Multimédia




















Fête du Trône 2009

























Caricatures




















Par : Abdallah Darkaoui















Agenda

















octobre 2009





















l m m j v s d

1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031






























HREF="http://ads.adw.valueclick.net/redirect?host=hs0004600&t=std&b=6530316&noscript=1&v=0;hcat=140201;ksegc1=20300;msizes=120x600;bso=listed"
TARGET="_top">












Ilyes
Boumahdi, analyste statisticien économiste et chef du service Activités
tertiaires, Division de l'évaluation des politiques sectorielles, DEPF,
MEF















Le
projet de décret récemment adopté portant sur l'actualisation des
éléments de mesures de l'Indice des prix à la consommation (IPC)
apporte certes une évolution à la qualité des analyses socioéconomiques
qui s'y réfèrent. Toutefois, l'élargissement de la couverture
géographique de l'IPC pourrait induire en erreur l'approche
territoriale de l'analyse du niveau de vie… Retour sur les
soubassements de cette actualisation ainsi que certaines «limites» de
l'indice.

ÉCO PLUS : L'Indice des prix à la consommation
(IPC) au Maroc évolue avec l'adoption récente d'un projet de décret
actualisant ses éléments de mesures. Qu'en pensez-vous ?
Ilyes Boumahdi :

L'indice des prix à la consommation (IPC) revêt une importance
fondamentale dans le suivi des mutations socio-économiques d'une
économie. Ainsi, il permet de suivre l'évolution de l'inflation, étant
donné qu'il mesure les dépenses effectuées par une population cible
dans une période de référence donnée par rapport à un panier-type. Cet
indice est également utilisé comme déflateur de nombreux agrégats
économiques pour calculer les évolutions en termes réels comme il peut
être utilisé, après harmonisation, à des fins de comparaison
internationale.

Par conséquent, l'IPC est fréquemment sollicité
dans le suivi conjoncturel et structurel de l'économie nationale.
Cependant, l'IPC adopté au Maroc a des lacunes en termes de population
cible, de couverture géographique et de panier des produits, qui
doivent être comblés.

Par ailleurs, de nouvelles données sont
disponibles et elles ne peuvent que relever la pertinence de cet indice
notamment celles ayant trait à l'enquête nationale de consommation 2001
et l'enquête nationale du niveau de vie 2007. Ainsi, la question de
l'actualisation de l'IPC, qui fait l'objet du projet de décret dont la
discussion est prévue pour la session parlementaire d'automne, se pose
avec acuité.

Il reste à signaler que les multiples
utilisations de l'IPC rendent indéniablement son calcul très complexe
dans la mesure où ses fonctions sont hétérogènes (mesure du
renchérissement, indexation des séries économiques, mesure de la
compensation salariale inhérente à la hausse des prix…).

En
outre, au-delà de l'évaluation d'un indice général qui a son utilité,
il serait pertinent de procéder à des estimations thématiques qui
diffèrent selon la finalité de son utilisation à même d'enrichir
l'intelligence économique et d'approfondir la prospection et les études
connexes au calcul de l'IPC.

Quelles caractéristiques porte le nouvel indice ?

Le
nouvel indice, qui aura comme base 2006 au lieu de 1989, sera calculé
en exploitant les données actualisées des enquêtes précitées. Ainsi, la
population de référence sera élargie à l'ensemble de la population
urbaine au lieu de la classe moyenne urbaine (cadres moyens,
commerçants, indépendants non agricoles, employés dans les bureaux et
les services et ouvriers non agricoles). Par ailleurs, il sera procédé
à l'actualisation et l'élargissement du panier des produits à 478
produits et 1067 variétés au lieu de 385 produits et 768 variétés. Cet
élargissement permettra de garantir un meilleur suivi des habitudes de
la consommation des ménages qui change régulièrement.

Cette
révision portera également sur la couverture géographique de l'indice
qui passera de 11 à 17 cités pour englober les villes de Guelmim,
Settat, Safi, Béni Mellal et Al Hoceima en plus de celles déjà
couvertes (Agadir, Casablanca, Fès, Kenitra, Marrakech, Oujda, Rabat,
Tétouan, Meknès, Tanger et Laâyoune).
De plus, il sera question
d'estimer de nouvelles pondérations de l'indice en mettant à
contribution les résultats des deux enquêtes. Enfin, cet indice prendra
en compte la nouvelle nomenclature des fonctions de la consommation
adoptée par les Nations unies et qui répartit la liste des produits et
services entrants dans la composition de l'IPC en 12 divisions au lieu
de 8.

Quels avantages présente l'indice aujourd'hui ?

Comme
cité auparavant, la révision de l'IPC aura des avantages, en termes de
population cible, de couverture géographique et de panier des produits,
qu'il faudrait tout de même relativiser.

Ainsi, la prise en
compte de l'enquête nationale du niveau de vie en 2007 permettra de
couvrir, quoique partiellement, le biais encouru par l'utilisation des
anciennes pondérations dans le calcul de l'IPC. En effet, la société
marocaine connaît dernièrement des mutations accélérées qui ont une
influence directe sur leur mode de consommation, notamment celle liée
aux services tels les loisirs et la communication.

En plus, de
nouvelles variétés de biens et services apparaissent, notamment celles
ayant trait à l'évolution technologique et l'innovation qui risquent de
ne pas figurer dans le panier-type malgré son élargissement. Ensuite,
l'élargissement de la population de référence à l'ensemble de la
population urbaine permettra de généraliser le calcul de l'IPC à toutes
les franges socio-économiques.

Cependant, il ne permet pas de
couvrir les habitudes de consommation au niveau national, étant donné
l'hétérogénéité des modes de consommation entre l'urbain et le rural.
De plus, l'IPC se veut un indice qui approche l'évaluation de la
variation du niveau de vie de la population.

Or, l'indice
ainsi établi ne permet pas de différencier entre les classes
socio-économiques notamment riche, moyenne et défavorisée. Cette
distinction pourrait servir de base pour l'analyse des disparités entre
les villes et en tant que moyen d'indexation de la répartition des
dépenses publiques, notamment celles ayant trait au développement
humain, ou en tant que taux d'indexation pour des paiements spécifiques
qui revêtent un caractère social important tels que les salaires
minimums garantis, les pensions alimentaires, les négociations
salariales...
Par ailleurs, l'élargissement de la couverture géographique permettra d'assurer une couverture régionale quasi généralisée.

Cependant, cette couverture pourrait induire en erreur l'approche territoriale de l'analyse du niveau de vie.

Enfin,
l'adoption de la formule ''Laspeyres'' en chaîne dans le calcul de
l'IPC permettra de pallier en partie des répercussions du changement de
nomenclature et de pondérations qui pourraient advenir lors du
raccordement entre les indices suivant l'ancienne et la nouvelle bases.


A ce sujet, un effort d'harmonisation est à établir pour
garantir une série qui ne retrace que le mouvement pur des prix en
dehors des fluctuations dues aux changements de concept.
avatar
younesMouatassim
Régulier(Sbassa)
Régulier(Sbassa)

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 13/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Message par Amine.CHAFAI le Dim 18 Oct 2009 - 4:08

Est-ce une publication dans un journal ? Lequel ?
avatar
Amine.CHAFAI
Co-Admin
Co-Admin

Masculin
Nombre de messages : 162
Localisation : Entre Ciel et Terre
Date d'inscription : 02/08/2008

http://job.chafai.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Message par younesMouatassim le Lun 19 Oct 2009 - 12:26

cet article est publié dans le journal "le matin" édit du vendredi passé
avatar
younesMouatassim
Régulier(Sbassa)
Régulier(Sbassa)

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 13/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Message par Amine.CHAFAI le Mar 20 Oct 2009 - 13:51

Merci pour l'information. J'aime bien ce professeur.
avatar
Amine.CHAFAI
Co-Admin
Co-Admin

Masculin
Nombre de messages : 162
Localisation : Entre Ciel et Terre
Date d'inscription : 02/08/2008

http://job.chafai.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: interview avec ilyas boumahdi :L'Indice élaboré ne permet pas de couvrir les habitudes de consommation au niveau national»

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum